Actualités

EXPOSITION A LA GALERIE DE L'ECHARPE, RUE PEYROLIERES, AVEC CLAUDE GARY-VILLET ET CLAUDE CONTE DU

2 AU 7 NOVEMBRE 2015

Vernissage le mercredi 4 Novembre de 18h à 21h.

Invitation3 1Invitation3 1 (159.67 Ko)

EXPOSITION COLLECTIVE EN DECEMBRE 2014 AVEC 11 AUTRES PEINTRES TOULOUSAINS

GALERIE EPHEMERE - 231, avenue de Muret - Toulouse.

Du 1er au 13 Décembre 2014 (11h à 19h du mardi au vendredi - 11h à 20h le samedi)

VERNISSAGE LE SAMEDI 6 Décembre 2014 à partir de 14h30

ARTICLE DEPECHE DU MIDI

Les lieux et moments de Muriel

FONBEAUZARD (31)

Aujourd'hui, Artkange nous fait découvrir une nouvelle artiste qui vient d'exposer au Parc des expositions de Toulouse. Pour Muriel Guiomar-Zamboni, peindre est devenu une absolue nécessité le jour où, abandonnant définitivement, et avec grand soulagement, la figuration, pour véritablement « peindre ». « Peindre, c'est agir, de manière intime mais en prise directe avec le monde. C'est se plonger dans la matière et ses hasards, c'est immerger dans le temps, pour extirper ce que l'on est. L'œil et l'esprit sont en total éveil, disponibles à l'extrême. Du néant sortira quelque chose, l'exigence et la nécessité naîtront du plus profond, le travail engendrera le travail, unique témoin de lui-même. On est face à soi, au silence, aux possibles. On est son propre juge, on s'éprouve indéfiniment, on cherche du sens et, la plupart du temps, on en trouve. Les toiles sont des lieux ou s'enfouir, s'enfuir, des lieux à parcourir. Il me semble que mes tableaux ne sont que cela : des lieux et des moments ».

 

« Peindre devient alors l'expérience complète de la vraie vie, du temps qui passe, qui a passé, s'épaissit, se charge de sens. Les traces et les empreintes sont les voix de ce passé devenu miraculeusement permanent. Peindre c'est fouiller, fouiner, racler, adoucir les angles, aiguiser les pointes. C'est donner droit de cité au grain de poussière, c'est fait surgir ou enfouir quelques maladresses, renoncer pour redécouvrir, avancer, avancer. et décider en une seconde que c'est fini, on s'arrête là ». « ça se tient ! ». « On pose ses bagages, les pinceaux et les spatules et l'on regarde ». « Et l'on vit, bon dieu, on vit ! ».

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×